+33 (0)6 07 83 04 78

             
    
                     
Partager
|
  Recommander à un ami
|

05/11/2012 - Peugeot-Motaquip: le recrutement du réseau a commencé

Le constructeur Peugeot se décide enfin à lancer son réseau de réparation multimarque.
Il s'appelle Motaquip Car Service, espère 50 implantations d'ici la fin de l'année et 1 000 pour 2017.
Ticket d'entrée : 1 300 euros de signalétique et une redevance mensuelle de 90 euros.
Cibles : des ex-agents Peugeot, des RA2 d'autres marques et bien sûr, des MRA.

Selon notre confrère Après Vente Auto, Motaquip n’est plus une simple MDD née en Grande-Bretagne il y a 30 ans. C’est désormais un réseau de réparation multimarque que PSA vient de lancer officiellement pour Peugeot en France, mais aussi en Espagne et en Angleterre.

Son rôle principal : récupérer des parts de marché sur les entrées-atelier des véhicules de plus de 5 ans, ceux-là mêmes qui désertent les réseaux constructeurs une fois leur garantie ou extension de garantie expirée. L’enseigne Motaquip Car Service ne compte pour l'instant que quatre pionniers. Mais ils seront cinquante d'ici la fin de l'année, promet Gilles Boussac, directeur services et pièces du groupe PSA et surtout, 1 000 d'ici fin 2017.

L'enseigne veut permettre aux réparateurs intéressés, par le biais d’un contrat de licence, d’avoir accès à l’intégralité de la gamme de pièces Motaquip (9 200 références à un prix annoncé inférieur de 20% aux pièces d’origine et revendiquant 85% des besoins en pièces d'usure du parc automobile). Sans oublier l'offre pièces des quelque 181 distributeurs officiels Peugeot et des plateformes logistiques régionales.

Peugeot centralise communication et prospection clients
Le contrat de licence en question est des plus resserré en termes de coût pour le réparateur. En effet, celui-ci devra s’acquitter d'un ticket d'entrée de 1 300 euros en signalétique et d’une redevance mensuelle de 90 euros –soit 1 080 euros par an– pour pouvoir intégrer le réseau. Cependant, ce contrat oblige également le garagiste à s’équiper. Il doit disposer de l’outil de diagnostic électronique multimarque Multi-Diag commercialisé par Peugeot (origine Actia), utiliser un catalogue électronique de pièces baptisé Motaquip Doc Expert (ETAI) et un DMS édité par Solware (Micrauto). Ainsi doté, le réparateur acquitte une facture mensuelle d'un peu moins de 400 euros.

Le DMS doit permettre au réparateur de s’affranchir de toute la dimension communication et marketing, puisqu’à travers lui, c’est Peugeot qui se chargera d’effectuer les opérations de communication et de gérer la prospection, à travers l’envoi d’une quarantaine d’e-mailings par mois. Le site internet Motaquip, lui, se chargera d’enregistrer les demandes de devis en ligne et les rendez-vous au garage. Le nouveau site Motaquip.fr site permettra aussi aux clients automobilistes de laisser leur avis sur la prestation des garagistes Motaquip qui se sont occupés de leurs voitures. Voilà qui rigidifie sensiblement le cadre : à vouloir "simplifier la vie" des réparateurs et les encadrer, ne les priverait-on pas un peu trop de liberté ?

Les agents visés
Les MRA avec ou sans enseigne seront bien évidemment la première cible de recrutement de Peugeot-Motaquip. Mais les agents du constructeur ne seront pas en reste : PSA estime que 10% de ses RA2 au Lion pourraient être tentés par l’aventure Motaquip, soit 200 transfuges potentiels. L’ambition de Peugeot est de recruter 50 adhérents cette année et surtout d'atteindre 1 000 membres en 2017. A ce moment, le constructeur espèrera générer jusqu’à 20 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel rien que sur la vente de pièces Motaquip vers les adhérents du réseau. Mais 20 000 euros de pièces par réparateur et par an, c'est plutôt ambitieux au vu de ce que réussissent à commander d'autres réseaux multimarque à leurs distributeurs respectifs. A moins que ce chiffre n'inclut aussi les pièces Peugeot dites d'origine.

Mais comme ses prédécesseurs Motrio et Eurorepar, Motaquip est évidemment ambitieux, surtout sur les terres françaises du constructeur. Et il se veut visiblement plus "strict" que son réseau-frère Eurorepar. Le 3ème mousquetaire français de la réparation multimarque qu'est maintenant Motaquip sera-t-il capable de redorer le blason des panonceaux constructeur visiblement terni auprès de leurs adhérents (voir "mais où sont donc passés Motrio, Eurorepar et Motorcraft?") ?

Information Après Vente Auto. |42138_Motaquip.jpg|

[Title].
[Title].

Highslide JS

[Title].

Highslide JS

[Title].

 

 
 
 Conditions Générales   Mentions légales   Plan du site   Publicité   Règlementations