+33 (0)6 07 83 04 78






























 

 

       




      
  
    
       
Partager
|
  Recommander à un ami
968 courriers.
< - 1...5 6 7 8 10 11 12 13...323 >
|

Nous ne sommes pas tous dans le même monde
Posté le : 15/05/2020
Bonjour,

J'ai l'impression de pas être dans le même monde que certains.

Pandémie, 2 mois de confinement, des milliers de morts et au déconfinement la surprise.

Plein de monde sans masque en short/claquette, les mains dans les poches, il fait beau, les commerces qui n'osent pas dire quoique ce soit de peur de perdre des clients.

En panne sur la route, limite s'ils me prennent pour un extraterrestre avec mes protections.

Je pense qu'ils doivent aussi avoir un Condor de 10 kms d'envergure pour faire le calcul des 100 kms à vol d'oiseau...

Bref, j'espère quand même pas au pire d'ici quelques jours après la 1ère quinzaine d'incubation.

Bon courage à tout ceux qui sont dans le même monde.
Vincent

0€ de chiffre d'affaire = 100% d'exonération
Posté le : 08/05/2020
Le Ministre Bruneau Le Maire a déclaré, :

"Les charges sociales patronales pour les mois de mars, avril, mai seront totalement supprimés pour toutes les entreprises frappées d'une fermeture administrative depuis le début du confinement"

Monsieur le Ministre, quid des entreprises entre autres de Dépannage automobile qui sont restés ouvertes pour assurer la continuité de la vie sécuritaire et sociale avec obligation d'investir dans du matériel quasi introuvable et hors de prix durant cette période de confinement (masques, gel hydroalcoolique, barrière plexiglas, combinaisons, gants, produit désinfectant, etc), des dizaines d'heures à lire et relire les décrets, propositions de loi, arrêtes et amendements. 

Des rédactions de notes sanitaires à ne plus savoir quoi en faire pour protéger nos salariés et nos clients avec la peur au ventre de ne pas mettre en place un process qui puisse réellement nous protéger et ne pas envoyer nos équipes en première ligne et par le fait se rendre responsable de drames humains.

Monsieur le Ministre, les sociétés de dépannage qui ont accepté de continuer à travailler malgré une baisse de 72 % du chiffre d'affaire ont perdus plus que celles qui sont restés fermés du fait que nous avons eu plus de charges fixes et exceptionnelles  (carburant, investissement sanitaire, électricité, salaires des heures effectives donc sans remboursement au titre du chômage partiel, etc...).

 Les interventions effectués durant cette période ont été une perte de part toutes les mesures misent en place pour chacune des interventions, en temps d'explication, en protection, en modification du process de prise en charge des clients et de leur véhicule etc... 

Monsieur le ministre, ne vous viendrait il pas à l'idée de mettre en place un prorata, sur la base de

 0€ de chiffre d'affaire = 100 % d'exonération  
100% de chiffre d'affaire = 0% d'exonération.

Mon équipe a été formidable durant cette première période, vous ne pouvez pas imaginer à quel point je leur suis reconnaissant de m'avoir fait confiance et d'avoir pu assurer la continuité d'un service que vous avez décrété obligatoire, mais à ce jour vous mettez en place une incroyable injustice en refusant "aux lignes de front" ce que vous offrez "aux réservistes", vous refusez de dédommager ceux que vous avez presque supplié d'assurer la continuité du service à la nation avec tous les risques sanitaires que cela représente là ou vous dédommagé ceux que vous avez protéger en ne les envoyant pas au front.

Je vous demande de réviser votre position, comprenez bien qu'une telle erreur ou injustice ne peut et ne sera accepté par notre profession.

Espérant Monsieur le Ministre qu'il s'agit là d'une simple omission liée à la complexité du moment traversé par votre gouvernement et que vous saurez en très peu de temps rendre justice aux professions qui ont permis aux citoyens eux aussi sur le front d'être assisté 24h/24h 7/7 jours par nos intervenants qui la peur au ventre ont su répondre présent.
ADS - Jean-Pascal BROTONS

Chômage partiel
Posté le : 08/05/2020
L'état est plus généreux que les sociétés d'assistance.

Pour le prochain salon de Dépannage les chefs d'entreprises avec leurs employés qui sont payés majoritairement par des primes pour ne pas faire apparaître qu'il font plus de 500 heures supplémentaires au lieu de 220 maxi a l'année.

Je leur suggère de manifester fièrement pour réclamer leur manque à gagner.
Louis Paris

968 courriers.
< - 1...5 6 7 8 10 11 12 13...323 >
 
 
 Conditions Générales   Mentions légales   Plan du site   Publicité   Règlementations