+33 (0)6 07 83 04 78






























 

 

       




      
  
    
       
Partager
|
  Recommander à un ami
|

13/04/2020 - Espagne - Le casse tête des entreprises de dépannage

Malgré la baisse de leur activité (80%), les entreprises de dépannage ne sont pas autorisées à réduire temporairement leurs effectifs avec des ERTE (chomage partiel) pour cause de force majeure.

La cause ? Ils sont sous le même "régime" que les transporteurs.

L'état alarmant que connaît l'Espagne en raison de la crise des coronavirus a mis de nombreuses entreprises de dépannage dans une situation économique dramatique.

Composé généralement de petites et moyennes tailles ces entreprises assurent l'assistance routière sur toutes les routes d'Espagne.

Avec la baisse du trafic causé par les restrictions de mobilité ils cherchent une issue pour conserver leur activité à flot malgré une baisse de plus de 80% de l'activité.

L'inquiétude s'est propagée jusqu'aux sociétés d'assistances qui voient un risque terrible pour leur activité non pas pendant la pandémie...mais après la pandémie.

Car si entre temps prenons l'exemple que 30% des entreprises les plus fragiles disparraissent, il sera impossible pour les assistances de répondre à la demande lorsque viendra le temps de la reprise.

L'impossibilité d'avoir recours au chômage partiel

Certains chefs d'entreprises ont tenté d'ajuster leur effectif en présentant des ERTE (chômage partiel) pour cause de force majeure.

Possibilité qui leur a été refusée car ces entreprises sont encadrées dans le secteur des transports qui, étant en mesure de continuer l'activité, les entreprises de dépannage ne peuvent être inclus dans les cas de force majeure décrétés par le gouvernement comme c'est le cas dans le secteur des aides et services.

Emilio Domínguez del Valle, président de REAC, l'Association des professionnels du secteur, estime "qu'une plus grande implication du gouvernement dans ce secteur stratégique serait souhaitable pour le maintien de la sécurité routière, d'autant plus que le nombre de travailleurs spécialisés est très faible et compte tenu l'importance de préserver des services minimaux sans fermeture totale ".

Pour cette raison, REAC sollicite un soutien économique et bureaucratique pour parvenir à une réduction stratégique des effectifs de ce secteur d'activité en raison d'un cas de force majeure.

Une réduction qui permettra aux entreprises de se dimensionner pour résister aux effets sociaux et économiques de ce moment tout en continuant à fournir les services essentiels fournis par le secteur du dépannage automobile.
 

[Title].
[Title].

Highslide JS

[Title].

Highslide JS

[Title].

 

 
 
 Conditions Générales   Mentions légales   Plan du site   Publicité   Règlementations